Comment le hip hop a pris le métal et la pop a tout gâché

Article rédigé par :
Corrado Manenti
Aidez-nous à faire passer le message !
Partagez cet article :

Tu te souviens quand s'habiller comme un métalleux était considéré comme ringard ? Quand les jeans déchirés, les sweat-shirts noirs trop grands, les t-shirts de groupe et les ceintures cloutées étaient un signe évident de rébellion ?

À partir des années 1990, l'esthétique metal était la forme d'expression typique d'une sous-culture très spécifique, réservée à une niche de personnes assez restreinte. Aujourd'hui, grâce à la bonne volonté de cette niche, il s'agit à toutes fins utiles d'un phénomène grand public.

- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 1

Le métal a toujours influencé les autres genres musicaux de diverses manières, souvent par exemple en donnant plus de caractère à la pop star sucrée du moment, mais c'est la rencontre avec le hip-hop qui l'a fait entrer dans le domaine du grand public, avec toutes les conséquences (positives et négatives) qui en découlent.

Soudain, les vêtements et accessoires en métal sont devenus très cool, et même les articles les plus vendus pour de nombreuses marques.

- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 2

Lorsqu'il a posté ce selfie sur son profil Instagram (mai 2017), le rappeur italien Marracash a clairement indiqué que, contrairement à d'autres, il aimait vraiment Metallica

Personne ne s'attendait à ce que cette tendance prenne de l'ampleur aussi rapidement : en un rien de temps, le t-shirt que l'on aurait trouvé auparavant sur l'étal d'un squatter devant le Forum d'Assago a été relooké par un designer et coûte 500 euros.

Aujourd'hui, les références aux années 1990 sont omniprésentes sur les podiums et dans les collections de chacun, et cette longue série d'"hommages à" semble désormais incontrôlable.

Qui devons-nous remercier pour tout cela ? Comme pour la plupart des tendances du millénaire, tout semble avoir commencé avec la première collection Yeezy de Kanye West. 

- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 3

La police de Yeezus : elle ne vous rappelle pas quelque chose ?

Il y a trois ans, Kanye West a présenté sa nouvelle tournée : Yeezus. Les vrais métalleux n'ont pas manqué de remarquer que le logo était un hybride entre celui de Metallica et celui de Judas Priest, et bien que Kanye et Kim et divers membres du clan Kardashian aient été photographiés portant des t-shirts Metallica et Megadeath, la théorie de l'"hommage à" ne semblait pas très défendable.

Malgré cela, la tournée s'est très bien passée et la première collection Yeezy aussi. Tout ce que M. West a touché s'est transformé en or. Même aujourd'hui, dans une période décidément moins rose, une marque de streetwear à bas prix de Los Angeles a été dévalisée par des fans qui ont acheté n'importe quel article juste parce qu'ils en avaient vu un sur Kanye West.

En bref, Yeezy a été le cheval de Troie qui a introduit l'esthétique métallique dans le monde du rap. 

 
- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 4

L'explosion de Vetements

Demna Gvasalia est une sorte de divinité païenne du streetwear. Avec Vetements, le créateur a apparemment subverti toute l'industrie avec des sweat-shirts ironiques et surdimensionnés et des collaborations inhabituelles. Plus tard, cette espièglerie le conduira même à diriger Balenciaga.

La spécialité de Vetements est s'appropriant toutdes films romantiques des années 90 au grunge, des uniformes de coursier au black metal. La pièce qui reflète le mieux cette caractéristique de la marque est le sweat-shirt de la photo ci-dessus, avec les mots "Buvez de moi et vivez pour toujours" sur la manche et le pentacle dans le dos.

Ce n'est sûrement pas une coïncidence si Demna Gvasalia a été l'un des créateurs de la première collection Yeezy et si Kanye West est toujours au premier rang lors de ses défilés.

L'explosion de Vetements

Demna Gvasalia est une sorte de divinité païenne du streetwear. Avec Vetements, le créateur a apparemment subverti toute l'industrie avec des sweat-shirts ironiques et surdimensionnés et des collaborations inhabituelles. Plus tard, cette espièglerie le conduira même à diriger Balenciaga.

La spécialité de Vetements est s'appropriant toutdes films romantiques des années 90 au grunge, des uniformes de coursier au black metal. La pièce qui reflète le mieux cette caractéristique de la marque est le sweat-shirt de la photo ci-dessus, avec les mots "Buvez de moi et vivez pour toujours" sur la manche et le pentacle dans le dos.

Ce n'est sûrement pas une coïncidence si Demna Gvasalia a été l'un des créateurs de la première collection Yeezy et si Kanye West est toujours au premier rang lors de ses défilés.

- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 5
- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 6

La peur de Dieu et le merchandising de Justin Bieber

Même si les métalleux sont communément associés à la couleur noire, aux têtes de mort et aux caractères gothiques, il ne faut pas oublier les chemises en flanelle aux manches coupées et les jeans délavés qui, jusqu'à récemment, étaient les caractéristiques exclusives des accros du métal trash, ceux que l'on appelait "les trasheroni" au lycée.

Au printemps 2016, l'esthétique métallique avait été totalement assimilée par le monde de la mode et commençait à devenir une tendance grand public. Et aujourd'hui, il ne semble plus étrange pour personne que Justin Bieber soit vu en train de se promener avec un T-shirt sur lequel est imprimé le visage de Marilyn Manson.

L'homme responsable cette fois-ci est Jerry Lorenzo, le célèbre créateur de la marque de denim de luxe Fear of God. Ayant déjà marqué le merchandising de plusieurs groupes avec le logo FOG, Lorenzo ne pouvait que s'inspirer de l'imagerie métallique classique pour le merchandising du Purpose Tour de Justin Bieber.

Justin, autrefois l'enfant bien peigné de la musique pop, a maintenant grandi et a un look qui rappelle l'Axl Rose du bon vieux temps, avec ses chemises en flanelle et ses t-shirts de groupe. Dans son merchandising, les articles sur lesquels Jerry Lorenzo a mis la main (par exemple, le T-shirt avec le nom de Bieber écrit dans une police rappelant Metallica et les casquettes camionneurs) ont été parmi les meilleures ventes de toute la collection.

- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 7

Black Sabbath x Supreme ( ?)

Cette collaboration entre Supreme et Black Sabbath semblait complètement dénuée de sens, même pour ceux qui achètent quelque chose à chaque fois que la marque fait un drop, et nous savons tous combien les drops de Supreme sont fréquents et les articles injustement chers.

Après tout, Supreme est connu pour être étroitement lié au monde du rap et à la culture de la rue, et bien qu'il y ait déjà eu des collaborations avec The Clash et The Misfits, cette fois-ci, tout cela semblait un peu forcé.

Si l'on considère que la sortie de la collection a coïncidé avec le milieu d'une tournée de Black Sabbath décidément décevante, on peut se demander quel camp a le moins profité de ce choix marketing. Il vaut mieux oublier tout ça le plus vite possible.

- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 8
- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 9

Dee Snider (Twisted Sisters) ne l'aime pas du tout.

que Chiara Ferragni porte un T-shirt de Metallica. Et elle veut que tout le monde le sache

- Comment le hip hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 10

Le t-shirt Metallica de Chiara Ferragni

En octobre dernier, Chiara Ferragni a posté une photo sur son profil Instagram sur laquelle elle portait un t-shirt avec l'impression de... Et la justice pour tous par Metallica. Les commentaires indignés ont immédiatement afflué, affirmant que la blogueuse de mode n'avait pas le droit de le porter.

Outre le fait qu'elle dormira bien de toute façon, la lividité des métalleux est presque tendre : il est exaspérant de voir que ce qui faisait partie de l'uniforme d'une sous-culture sur le personnage le plus pop du moment, c'est comme si ce qui vous tient à cœur l'était soudain un peu moins.

Pourtant, les produits dérivés du groupe sont désormais vendus par toutes les grandes chaînes de fast-fashion, ce dont je me réjouis, moi qui ai écouté Metallica, car ils sont mieux adaptés et le coton est plus doux que celui de Fruit of the Loom que je trouvais sur les étals quand j'étais adolescent. Outre le fait que si les détaillants vendent des produits dérivés d'un groupe, ils le font certainement avec le consentement du groupe.

Je ne sais pas quelle musique Chiara Ferragni aime, et je ne pense pas que Dee Snider le sache non plus. Pourquoi devrait-on supposer qu'elle n'a jamais écouté Metallica ? Parce qu'elle est une blogueuse de mode ? Parce qu'elle est blonde, belle et très riche ? Et même si elle portait des T-shirts de groupes de métal juste pour des raisons esthétiques, où serait le mal ?

En tant qu'ancienne adolescente rebelle, toute cette lividité me donne envie de revendiquer le droit de chacun à s'habiller comme il l'entendqui était autrefois si cher aux métalleux, et peut-être acheter un autre t-shirt en ligne pour ajouter à ma collection. Parce que faire chier Dee Snider, ça me paraît tellement rock.

- Comment le hip-hop a pris le métal et la pop a tout gâché - 12

Voulez-vous créer votre propre marque ?

Dans le cadre du projet Soyez un designer nous offrons un service de conseil et de rédaction ECONOMIQUE et adapté à vos besoins

0 0 votes
Score de l'article
invité
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires
fr_FRFrench

Découvrez mon nouveau cours en classe à Milan :

24-25 novembre et 6-7 décembre

Soyez un concepteur

Soyez un concepteur

Répond généralement dans les 5 minutes

Je reviendrai bientôt

Soyez un concepteur
? Bonjour et bienvenue !
Avez-vous des questions que vous aimeriez me poser ?
WhatsApp