Start-up dans le secteur de la mode : quel régime fiscal choisir ?

Article rédigé par :
Corrado Manenti
Aidez-nous à faire passer le message !
Partagez cet article :

Comparaison de la fiscalité : Regime dei minimi VS Srl

Comment créer une start-up dans le monde de la mode et du design ?
De nombreux jeunes, en Italie et dans le monde, sont passionnés par la mode et rêvent de créer un jour une grande marque internationale. Certes, le monde de la mode et de l'habillement est très convoité, surtout par les jeunes, mais il y a beaucoup de choses à savoir pour ouvrir sa propre entreprise et sa propre marque.

- Start-up dans le secteur de la mode : quel régime fiscal choisir ? - 1

Entrepreneur styliste

Quand la passion vous amène à créer une entreprise

Les possibilités sont diverses : la plupart des jeunes créateurs travaillent dans des maisons de couture bien établies et connues, tandis que d'autres attendent la bonne occasion pour lancer leur nouvelle idée, préférant l'auto-entrepreneuriat à la vie de salarié.

Il ne suffit pas d'être un bon "technicien" pour devenir un bon entrepreneur, nous devons donc être bien préparés et prêts à apprendre de nombreuses notions et compétences qui ne nous sont pas enseignées à l'école.

Il est certainement important de se demander si nous avons confiance en nous et si nous sommes prêts à gérer notre propre entreprise, c'est un long parcours et cela demande certainement beaucoup de responsabilités, lorsque vous gérez votre propre entreprise votre temps libre est très court et les pensées à la fin de la journée sont toujours nombreuses.

Avant tout, vous devez considérer l'entreprise que vous allez diriger comme un tout et ne pas vous faire de faux espoirs. La conception de la nouvelle collection vous prendra beaucoup moins de temps que la gestion de la partie bureaucratique et un peu moins créative de la nouvelle entreprise.


Mais si ouvrir une start-up dans le secteur de la mode est votre rêve, poursuivez-le ! Il vous faudra beaucoup de ténacité et de volonté, mais vous serez récompensé par une satisfaction extrême pour vous et votre entreprise en démarrage.

Activité de gestion

Il est certain que pour diriger une entreprise de mode prospère, il faut s'éloigner de l'idée du créateur et développer de nouvelles connaissances au niveau de la gestion. Une fois que vous aurez ouvert votre start-up, il sera important de pouvoir gérer vos activités, vos employés, vos fournisseurs et vos clients. Même si vous ne vous lancez pas immédiatement dans la vente au détail, vous serez en contact avec de nombreuses personnes différentes. Dans le cas de la mode, il suffit de penser à tous les tissus différents nécessaires pour fabriquer un vêtement.


Vous développerez des compétences spécifiques et serez, surtout au début, le PDG de votre entreprise, surtout lorsque les choses prendront de l'ampleur ; le conseil est de s'appuyer sur des consultants compétents et qualifiés.

En plus des compétences entrepreneuriales, un élément indispensable lors de l'ouverture de votre start-up est l'idée. Que pouvez-vous offrir au marché qui soit nouveau ? C'est quelque chose de vraiment innovant, et pourquoi le marché devrait-il préférer vos produits à ceux de vos concurrents ?

Ce sont toutes des questions qu'il faut se poser, la concurrence dans ce secteur est vraiment élevée en termes de qualité, de choix et de prix.

C'est pourquoi il est très important, une fois l'idée identifiée, d'essayer de comprendre quel marché il est préférable de pénétrer, que ce soit celui de la fast-fashion, plutôt qu'une plus grande recherche de la qualité mais avec l'augmentation conséquente des prix.

Lorsqu'on devient entrepreneur, il est toujours important de se mettre à la place du client, de se demander ce qui pourrait lui plaire et ce qui attirerait l'attention d'une nouvelle proposition dans le monde de la mode.

Mais en termes de forme de société et de fiscalité, qu'est-ce qui est le plus pratique ?
C'est une question très courante et juste que l'on se pose, surtout quand on est jeune et que l'on a en tête de créer une start-up, alors que les économies et les sommes à investir à titre de risque ne sont pas nombreuses. C'est pourquoi il existe des régimes fiscaux spéciaux, précisément pour encourager et aider les jeunes à développer une idée créative et à réaliser leurs rêves.

Il existe deux régimes fiscaux et deux formes juridiques possibles en particulier, surtout pour partir de zéro et sans trop investir dès le départ, nous parlons notamment de la société à responsabilité limitée simplifiée (Srl) et du régime dei minimi, mais lequel choisir ? Voici une description des deux, avec leurs avantages et inconvénients respectifs.

- Start-up dans le secteur de la mode : quel régime fiscal choisir ? - 2

La société à responsabilité limitée simplifiée

L'incroyable avantage de ce système est certainement celui du capital, qui doit être supérieur à 1 euro mais inférieur à 10.000 euros, au-delà duquel on entrerait dans le régime ordinaire des Srl. Les frais de constitution de la société à responsabilité limitée simplifiée sont inférieurs à ceux de la société ordinaire, car il n'y a pas de frais de notaire ni de frais de secrétariat de la Chambre de commerce.

La société à responsabilité limitée simplifiée
La société à responsabilité limitée simplifiée (Srl semplificata) peut être créée initialement avec un investissement d'un euro. Elle a été introduite assez récemment, avec un décret-loi de 2012. La caractéristique de cette forme de société est qu'elle ne peut être adoptée et initiée que par des associés âgés de moins de 35 ans.

L'incroyable avantage de ce système est certainement celui du capital, qui doit être supérieur à 1 euro mais inférieur à 10.000 euros, au-delà duquel on entrerait dans le régime ordinaire des Srl. Les frais de constitution de la société à responsabilité limitée simplifiée sont inférieurs à ceux de la société ordinaire, car il n'y a pas de frais de notaire ni de frais de secrétariat de la Chambre de commerce.

Du point de vue de l'analyse des coûts, il convient de noter que ceux qui décident de constituer une société à responsabilité limitée simplifiée ne bénéficient d'aucune exonération en ce qui concerne la déclaration de début d'activité, l'impôt d'enregistrement, l'impôt sur les concessions commerciales et l'impôt du gouvernement, les taxes de la Cciaa (Chambre de commerce) et le dépôt du bilan, sans oublier les cotisations et les paiements de la sécurité sociale de l'INPS (Institut national italien de sécurité sociale).

En faisant ainsi unanalyse des coûts Les frais encourus l'année de la naissance de la Srl simplifiée, relatifs à la création de la forme sociale, sont d'environ 11 237 €, soit une économie d'environ 1 500 € par rapport à la Srl ordinaire.
D'un point de vue fiscal, la SARL simplifiée ne présente pas d'exonérations ou d'avantages particuliers par rapport à la SARL ordinaire.

- Start-up dans le secteur de la mode : quel régime fiscal choisir ? - 3

Le régime minimal

Lorsque l'on parle de "régime dei minimi", on ne fait plus référence à une forme de société, comme dans le cas de la Srl, mais plutôt à un régime fiscal facilité. Ce système préférentiel peut être adopté pour une période ne dépassant pas cinq ans et avec un impôt sur le revenu de substitution de 5%.
Pour pouvoir adopter ce régime fiscal favorable, il y a des conditions à remplir, comme par exemple :

Le régime minimal
Lorsque l'on parle de "régime dei minimi", on ne fait plus référence à une forme de société, comme dans le cas de la Srl, mais plutôt à un régime fiscal facilité. Ce système préférentiel peut être adopté pour une période ne dépassant pas cinq ans et avec un impôt sur le revenu de substitution de 5%.
Pour pouvoir adopter ce régime fiscal favorable, il y a des conditions à remplir, comme par exemple :

      • Plafond de 30 000 euros de chiffre d'affaires par an

      • Ne pas avoir d'employés ;

      • Ne pas avoir dirigé ou exercé une activité commerciale au cours des trois années précédant le moment de la demande.

      • Il ne s'applique pas à l'agriculture, à l'édition, aux arts et à certains autres secteurs ;

      • La valeur des actifs pour démarrer l'entreprise ne doit pas dépasser 15 000 euros.


Contrairement au cas de la société anonyme simplifiée, où la limite d'âge supérieure pour la constitution est de 35 ans, dans le cas du régime minimal, il n'y a pas de limite d'âge mais les exigences sont uniquement celles énumérées ci-dessus.

Le seuil de 35 ans dans le régime minimum, prend toutefois un rôle différent puisque, si vous êtes plus jeune, la limite d'utilisation maximale de 5 ans ne doit pas être respectée. Une personne très jeune qui a ouvert sa propre entreprise peut adopter le régime du salaire minimum jusqu'à l'âge de 35 ans, tout en respectant les exigences en termes de chiffre d'affaires et de salariés.

Avantages du régime minimal
L'un des avantages du régime minimal est un avantage bureaucratique, car aucun registre des ventes n'est requis et aucun coût pour un comptable n'est encouru. En outre, dans le cas du régime minimal, il n'y a pas d'obligation de régler la TVA à intervalles mensuels ou trimestriels et il n'y a pas besoin de payer l'IRAP.
Des avantages fiscaux substantiels proviennent de l'Irpef, qui passe de 20% à 5%.

Toutefois, les personnes qui souhaitent bénéficier de cet avantage fiscal doivent également remplir certaines obligations : documenter toutes les rémunérations, conserver les factures d'achat et de vente de manière précise et numérotée, et enfin, les déclarations fiscales sont toujours obligatoires, même si le chiffre d'affaires est de zéro euro.

Nous avons donc dit que pour bénéficier du régime minimal, il est nécessaire d'avoir certaines exigences mais que se passe-t-il si les exigences sont perdues en cours d'année ? Dans ce cas, il ne sera plus possible de bénéficier de l'allégement à partir de l'année suivante.

Un avantage des contribuables minimaux, qui se traduit en termes organisationnels et bureaucratiques, est celui de la comptabilité : les contribuables minimaux bénéficient de la possibilité d'établir une comptabilité simplifiée si leurs revenus ne dépassent pas le seuil de 400 000 euros.


À cet égard, la SARL simplifiée reste semblable à la SARL ordinaire en ce sens qu'elle est tenue de tenir des livres, d'approuver le bilan et de s'inscrire au registre du commerce.

Alors, qu'est-ce qui est le plus pratique et le plus avantageux ?


En termes de coûts, il est certainement plus avantageux d'ouvrir une entreprise individuelle sous le régime des minima, auquel cas vous payez initialement les frais d'établissement mais gagnez en termes de coûts ultérieurs. Une fois l'enregistrement effectué, dans le cas d'une entreprise individuelle sous le régime des minima, les coûts à supporter deviennent beaucoup plus faibles, tandis que pour la société anonyme simplifiée, ils sont d'environ 400 euros par an auxquels il faut ajouter les frais de gestion annuels.

En termes de risque et de sécurité, il faut dire que l'entrepreneur individuel a certainement une responsabilité plus importante que l'associé d'une SARL, qui bénéficie d'une responsabilité limitée dans les limites de son apport. Dans le cas d'une entreprise individuelle, l'entrepreneur supporte les risques et les bénéfices.

 

Les avantages d'une entreprise individuelle avec le régime minimal :

      • aucune obligation de tenir des livres

      • une grande autonomie de décision en raison de l'absence de partenaires ;

      • Le capital initial n'est pas nécessaire pour commencer ;

      • les exigences minimales sont peu nombreuses et simples.

 

Les inconvénients d'une entreprise individuelle sont :

      • responsabilité illimitée : le propriétaire est solidairement responsable des obligations de l'entreprise.

      • La fiscalité n'est pas favorable.


Pour conclure, examinons les avantages et inconvénients de la société à responsabilité limitée simplifiée. Les avantages sont les suivants :

      • frais de notaire gratuits à sa création et coûts initiaux minimes ;

      • capital social minimum de 1 euro ;

      • responsabilité limitée ;

      • taux fixe et possibilité d'augmenter l'adhésion en ajoutant de nouveaux membres

Le site inconvénients au lieu de l'être :

      • les coûts les plus élevés car il faut faire appel à un comptable et à une comptabilité ;

      • il est nécessaire de disposer d'un certain capital pour supporter les dépenses initiales ;

      • obligation de tenir une comptabilité ordinaire et présentation annuelle du bilan ;

      • faible crédibilité des banques.

 Si vous avez trouvé cet article intéressant, laissez-nous un commentaire ci-dessous :), si vous souhaitez en savoir plus sur le régime fiscal qui pourrait être le plus avantageux pour vous et en discuter directement avec notre comptable, programmez un appel gratuit ou remplissez le formulaire ci-dessous.

0 0 votes
Score de l'article
invité
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires
fr_FRFrench

Découvrez mon nouveau cours en classe à Milan :

24-25 novembre et 6-7 décembre

Soyez un concepteur

Soyez un concepteur

Répond généralement dans les 5 minutes

Je reviendrai bientôt

Soyez un concepteur
? Bonjour et bienvenue !
Avez-vous des questions que vous aimeriez me poser ?
WhatsApp